Chinuru - 血塗る


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Poèmes du Coryphée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Pretty'



Messages : 36

MessageSujet: Poèmes du Coryphée   Sam 24 Mai 2008 - 0:21

Bonsoir à tous, je me prénomme Coryphée (de la guilde Banana), et j'ai repris SO il y a quelques jours, pour le fun. J'aimerais vous présenter le travail acquis en quelques mois après ma découverte du rp sur SO qui m'a fait découvrir la passion d'écrire de petits poèmes, paralnt d'ig comme d'irl. Enjoy o//

PS: désolé si sa fait un peu gros :/


La reine sera sans couronne.
Les fleurs fâneront sur sa tombe
Et les sombres dieux profaneront le trône
Pendant que le sang pleuvera en Trombes...

Le fer aiguise le fer
La mort fauchera les âmes
Une aura dégoutante emplira l'air
Et commencera le drame...

Le Roi sera sans couronne.

Un baiser vaut dix fois plus que ce massacre...
Mais les humains de ne le savent pas.
Et c'est dans le sang, à l'odeur âcre
Qu'ils tomberont au plus bas.

Le Prince sera sans désendance.

Une rose parfumée vaut dix fois plus que moi.
Un infirme mendiant une pièce est plus courageux que je ne l'ai jamais été.
Notre reflet - le diable habillé tel un Roi.
J'apaise l'humain qu'on a tous été.
Avant cette rage déchainée par nous et moi.


La mort est devenu chose quotidenne
Dans ces terres glacées
Je n'ai qu'un seul souhait
Mourir pour finnir dévoré par les hyènes
Sur le champs de bataille abandonné...


Notre âme corrompue
Est à la merci du Mal
Cela ne nous inquiète plus
Allons tous au bal...

Dansons, dansons...

Dansons dans cette mare de sang qu'est la guerre
Ce tas de crâne où tout en haut
Ce dresse un trône de pierre
Plantons nos épées dans le corps de nos frères...

Plantons, tuons...

Et que commence la Guerre...

_________________


Un doux matin, vos yeux s'ouvrent
Et à côté de vous, une femme.
Nue telle une fleur qui au printemps s'ouvre,
juste un draps la recouvre.


Diverses apparences, l'une peut être douce...


Elle sera toujours là pour celui qu'elle aime
Quand celui-ci partira en guerre
Elle attendra son être cher
Malgré ses larmes et sa peine...


Diverses apparences, l'autre peut être sombre


Elle sera ici, au balcon la nuit
Elle est pour toi ce soir
Amour d'une nuit
Qui s'enfuit le matin sans se faire voir.

Rose Blanche, Rose Noire.

La femme à deux visages...

_________________

Je suis encore sur terre...

Tout là haut je vois ton âme flotter.

Je suis toujours à terre...

Tout là haut je vois ton ombre s'envoler.



Ton ombre me sourit.
Tu es si loin pourtant.
Que fais tu, je t'en pris.
L'odeur de ton âme est enivrante...


Je suis encore sur terre...

Tout là haut je vois ton âme tomber.

Je suis toujours à terre...

Tout là haut je vois âme pleurer.


Tu es si loin, mais je te vois gémir.
Tu es habillée de noir, couleur de deuil.
Tu ne t'es pas doutée du pire
Que j'ai voulu t'embrasser sur le seuil?

Seuil... Seuil de la vie
Entrée de la mort
Les faucheuses m'on volé mon amie
Il ne reste plus que ton corps.

Il est vide, sans âme, sans ombre.
Ta douleur est sur les traits de ton visage.
J'embrasse ton corps, la mine sombre
Losrque ton ombre devient libre, sans cage.


Je suis encore sur terre...

Je vois ton âme se renvoler.

J'eu un rire amer

En voyant ton ombre s'en aller.

_________________

Il fait nuit.
Une belle nuit sans lune
Je m'égarais dans la brume,
M'y perdant sans bruit...

Des ombres arrivèrent sur moi
Elles sortirent de l'enfer
Leur nombre était de trois
Messagers de Cerbère...

Qu'aurais-je pu faire
Face à la puissance du mal?
Rien, rien à faire
Je me sens de plus en plus mal.

Elles me touchent du bout de leurs doigts
Ils étaient froids, morts.
J'était leur proie,
Et comme eux, il m'arriveraitle même sort.

Je voulais partir, rentrer chez moi.
La peur, l'angoisse s'emparèrent de mon coeur.
J'était pétrifié par la peur
Leurs doigts étaient si froids...

La mort est si terrifiante
Sa faux moissonne les âmes innocentes
Soudain, l'offensive me tente
La rage balaye la terreur qui me hante.

Je me retournais, arme à la main.
Les ombres hésitèrent, attendant.
Je fonçait, je n'avais plus peur de
rien
Et ce soir, je baignerais dans leur sang.


Haine, guide moi et balaye ma peur qui me fais hésiter...
_________________

Nous étions si forts...

Nous étions si grands...

Et pourtant...


Je suis agenouillé, dans le sang.
Les ténèbres me parraissent si grands...
Je suis agenouillé, devant la mort.
Fauches moi, fauches moi, tel est mon sort...

Le chant des Sirènes d'Hadès m'attirent
Leurs corps nus ne sont qu'illusions.
Les profondeurs de l'enfer, je m'y Retire
Tandis que ses flammes brouillent ma vision.

Je suis agenouillé, dans le sang.
La Mort n'est pas si désagréable
Juste un froid terrifiant,
tout cela n'est que fable.

Pour dernière compagne, la Lune
Blanche, pâle comme mes mains...
Une vie, on en à qu'une
Je l'ai sacrifiée, en vain.

J'aurais juste souhaité
Voir l'amour en ce monde.
Une vie de gâchée
désormais écrite sur une tombe...

J'entend, au-delà des cris
Des notes de Piano...
Ce Requiem m'horrifie
Mais est tellement beau.

Mon sang est si chaud...
Son odeur si âcre
Cette sensation, rien ne la vaut
Même pas ce massacre...

Fauche moi...Je t'en supplie...

Mon âme s'envole, loin dans la nuit
Mon histoire se termine.
Mon dernier souffle de vie
Me fais frissonner à l'échine...

Et voilà, mon corps est vide.
Vide de son âme, son sang.
Vide de sa vie, vide de ses sentiments
Vide, juste vide.
_________________

Une journée sans soleil...
Si ressemblante aux autres, si morte
D'une morosité sans pareil
Personne, personne ne sonne à ma porte...


Je reste allongé, sur ce lit
Je regarde des affiches sans interêts
Lassé de ces pastel sans aucune folie
Je ferme les yeux, espérant redonner les couleurs à ma vie.


J'aurais cru que cette ambiance
Sex Drug Hardcore, si attirante
Saurais me mettre en transe
Mais elle ne fait qu'attiser ces douleurs qui me hantent.


Comme dans une vieille pub en noir et blanc
Les acteurs jouent leurs rôles, sans envie
Le sourire, faut, leurs yeux sans vie
Ne pourrais me faire rire à temps.


Plus d'une fois, j'ai tenté
Jeter ces piqures, ces bouteilles
Mais ce qu'ils procurent m'émerveille
Plus d'une fois, j'aurais recommencé.

Je déteste mon reflet dans le miroir...

_________________

Je ne vois plus que toi.
Dans ce monde décoloré
Cet enfer si froid
Ta présence réchauffe mon coeur damné.

Je te vois sourire
Danser sur cette plaine verte et fleurie
Nous, allongés, regardant le crépuscule de nos vies
qui s'écoule, qui sombre dans la nuit.

Je te vois pleurer
Tu es pâle, ton maquillage coule ta mélancolie
Tes mains sont si froides, si glacées
Nous avons sombré dans une ère de folie...

Nous sommes si beaux.
Si pâles, si morts
Se sont les vivants qui ont tort
La mort porte une rose et non une faux...

Nous avons goûté à ce fruit si bon, si défendu
En sautant du haut de cette tour
Par folie, par amour
Nous sommes, mort, nous sommes perdus.


Tes yeux sont si beaux, mais si morts
Ils sont comme les miens
N'ai crainte, je tiens ta main
Nous traverserons ensemble, la mort.

___________________________________________________


Cher Amour de ma Vie.
Je pense à toi lorsque la lune m'éclaire le soir.
Au champs de bataille, je suis parti
A mon grand regret, j'ai bien peur de ne plus te revoir.


Chère fille, presque devenue femme
A la robe courte, aux cheveux noirs
Je vois notre amour déchoir
Lorsque la guerre vient prendre mon âme.


Les discours des héros, l'hymne du guerrier
Tout ceci est dérisoire
Seul ton visage m'est synonyme d'espoir
Espoir de revoir celle que j'ai aimé.


Chère fille aux cheveux noirs
Je pense à ce lac, en été
Où tous deux, nous avons sombré
Dans la valse de l'amour et de la liberté.


Chère fille, devenue femme.
Bientôt, un soldat sonnera chez toi
Il te dira qu'on a volé mon âme
Et je serais sous une Croix.


Chère fille, devenue triste
Ma dernière vision de nous, cet été ensoleillé
J'y serais, avec toi, à jamais
Continues à vivre, moi je ne peux que rêver, désormais.

____________


De ma cellule sombre
J'entend la foule hurler la haine
Je garde pour moi, cette dernière part d'ombre
avant d'entrer en scène.

Je marche jusqu'à la porte de l'arène
D'un pas lourd, le coeur troublé
Je ne sais pas qui je tuerais
J'éxecute les ordres donnés.

La porte s'ouvre, les cris s'amplifient
Le soleil, chaud et doré, m'éblouit
De loin j'aperçois sa silhouette
L'adversaire que l'on m'a choisit.

De mon fourreau, je sors mon épée
Sa lame brille au contact des rayons aggressifs du soleil
Que le dieu-masque me regarde, de toute sa bonté
Car ce duel est sien, ce combat sans pareil.

La guerre est un bal, aux danseurs terrorisés
Les couples valsent sur une musique de morts et de blessés
Voici ma danse, je ne la regretterais jamais


Danse, danse avec moi, combattant
La foule nous applaudit, n'est-ce donc pas merveilleux?
Que demander de plus? La valse mortuaire, tel est mon voeux
Nos lames percent notre chair, le requiem approchant.

Et nous tombons, transpirants
Blessés, mutilés, agonisants
Le cri de la foule est lointain, maintenant
Et notre vision se brouille, d'or, de soleil et d'argent...

____________


Elle a des yeux, bleu océan
Noyades violentes, dans ses pupilles
J’en suffoque, je n’ai le temps
De t’aimer, jeune fille !

Elle a des lèvres, pourpres de sang
Vampire qui m’hypnotise de son charme
Sa passion est violence, son corps son arme
Comment savoir si tu existes vraiment ?

Reflet d’une galaxie aux étoiles mortes
Trésors des mystères derrière cette porte
Tu n’es pas Dieu, c’est impossible
Dieu n’est qu’une statistique, tu es ma bible.

Je lis tes versets, les plis de ton corps
J’effleure tes pages, ton sourire me touche
J’embrasse ta cause, à pleine bouche
Te faire l’amour, n’est point un tort.

Tu es cette ombre, dans ce monde si blanc
Si grand et si beau, mais si distant
Tu es mon Dieu, celui de mon monde
Je ne m’ouvre qu’à toi, et tes ébats ardents !

Tu n’es pas Dieu, c’est impossible
Tu es trop réelle, de chair et de sang
D’amour et de flèches qui me criblent
Mon cœur, touché, se devient amant.

____________

Doucement, c’est fini.
Ton ombre s’est effacé, tranquillement.
Doucement, tu t’enfuis.
Tes larmes tombent, celles d’un enfant.

Longtemps, tu te caches.
La peur coupe ta respiration.
Pourtant, tu t’arraches.
De ce monde sans horizon.

Demain, un autre jour...

Vivement, je saisis.
Cette hache posée à terre.
Brisant, ta vie.
Je traîne ton cadavre par terre.

Demain, n’est pas pour toi...

Doucement, c’est fini...
Ton ombre s’est effacé, plus de vie...
Doucement, tu parts...
Tes larmes tombent, d’un rouges si rare...

Demain, sans toi...

Pourtant, je t'aime...

____________

Souffrance, au gouffre de la vie
Personne, ne t’écoute ici
Suspense, fût laissé ton avis
Raisonne, tue ou fuis.

Anonyme, dépourvu d’émotion
Poupée sans yeux, au tissu immortel
Ta bouche en fente n’émet aucun son
Tu attends, dans ce tertre éternel.

Dansant, seule avec la nuit
Valsant, veuve de la vie.
Tournant son regard mort vers moi
M’hypnotisant enfin, de sa robe de soie.

Mourir, pour mieux aimer

Décrochons la lune, la mal-aimée...

__________________________________

00 : 59am

Je ne comprends pas
Cette noire mélancolie
A la délicate agonie
Qui hante mes noirs tracas...

Je, ne voulais pas,
En témoigner à yeux ouverts
Dévoilé à ce monde, au plus bas,
Ma peine, tombée dans mes vers...

Je, ne peux pas,
Malgré une telle facilité
Amour, nom qui m’a tracassé
Aucun remède, pour ce silencieux fracas.

Vivre dans la nuit, pour mieux mourir
Rêver dans l’angoisse, nager dans la peine
Agacé, par ce sang dans mes veines
Vivre dans l’ennui, pour mieux partir.

Les roses fanent au contact des premiers flocons
Tels des anges, tombés du ciel
Nous caressants, sans aucun son
Ce doux manteau meurt, face aux rayons du soleil...

Comme le requiem de l’amour
La nuit tombe, sans aucun tour
Ce manque nous tuera tous
Usurpés, des fleurs si douces...

Doucement, rendors toi
Dans tes draps, mouillés de larmes froides
Lentement, écroules toi
Dans ce lit, aux souvenirs maussades.

Dors, fermes les yeux
Sur un jour moins gris que demain
Pleures, et fais un vœu
L’amour ne pourra être mien.


Merci d'avoir lu rabbit
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dark'Tidus
Elfe Noir
avatar

Masculin
Messages : 208
Age : 23
Niveau : J'en ai pas ^^
Guilde : Bah ..
Alignement : Heu .. ?

MessageSujet: Re: Poèmes du Coryphée   Sam 24 Mai 2008 - 0:22

Très beau =) bien fait j'aime bien
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://Pl2yBo4.skyrock.com
Pretty'



Messages : 36

MessageSujet: Re: Poèmes du Coryphée   Sam 24 Mai 2008 - 0:27

Merci merci, si vous en faite, n'hésitez pas à me les montrer Surprised
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yorghan

avatar

Masculin
Messages : 1398
Age : 25
Niveau : 65
Guilde : Chinuru
Alignement : Mal

Feuille de personnage
Prénom : Yorghan
Âge :
Race : Humain mort-vivant

MessageSujet: Re: Poèmes du Coryphée   Sam 24 Mai 2008 - 0:29

Bon pour le moment j'ai lu que le premier, et surement d'autre que j'ai vu sur le forum RP. Et comme je te l'ai dit j'aime beaucoup le premier, le début est moyen mais il devient vite fun :d. Fin bref, j'sais pas comment expliquer.

_________________
De quelque coté que tu te tournes la mort est aux aguets.


Dernière édition par Yorghan le Sam 24 Mai 2008 - 0:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.slayersonline.info/communaute/profil.php?&id=3207
Dark'Tidus
Elfe Noir
avatar

Masculin
Messages : 208
Age : 23
Niveau : J'en ai pas ^^
Guilde : Bah ..
Alignement : Heu .. ?

MessageSujet: Re: Poèmes du Coryphée   Sam 24 Mai 2008 - 0:32

Dis juste que c'est bien Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://Pl2yBo4.skyrock.com
Drena

avatar

Féminin
Messages : 145
Age : 22
Guilde : Vétérans à jamais, même si détruite.
Alignement : Pk

MessageSujet: Re: Poèmes du Coryphée   Sam 24 Mai 2008 - 0:50

Coryphée le poète bad.

J'aime trop ce que tu fais. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pretty'



Messages : 36

MessageSujet: Re: Poèmes du Coryphée   Sam 24 Mai 2008 - 23:29

Héhé merci p'tite Lynie ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pretty'



Messages : 36

MessageSujet: Re: Poèmes du Coryphée   Sam 7 Juin 2008 - 1:11

Un nouveau sur ma liste:

Narcissisme

Je me fiche, du monde qui m'entoure
Ma vie n'est qu'une luxure, illusion de l'amour
Je n'ai cure, de la souffrance de cette terre
Ma voie n'est que ce miroir, portrait de l'enfer.

Je suis la perfection, et j'en suis conscient
Une oeuvre d'art, dans ce monde insignifiant
Adorée, ou détestée
Le simple reflet, d'un monde déchiré.

Je te ferais oublier, tes amours achevés
Par un simple sourire, une simple caresse
Je t'envouterais, non par maladresse
Tu succomberas, pour une délicieuse éternité.

Fleur damnée, par jalousie
Je méprise le reste, l'impureté
Rien ne vaut mon divin reflet
Je suis vos fantasmes, vos envies.

Je suis, la beauté
Je suis, la luxure
Je suis, le péché
Je hais, le futur.

Laisse moi t'embrasser, doux miroir...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yorghan

avatar

Masculin
Messages : 1398
Age : 25
Niveau : 65
Guilde : Chinuru
Alignement : Mal

Feuille de personnage
Prénom : Yorghan
Âge :
Race : Humain mort-vivant

MessageSujet: Re: Poèmes du Coryphée   Dim 8 Juin 2008 - 0:09

Bon tu sais déjà ce que j'en penses, super sauf au troisième paragraphe je trouve qu'il y a une cassure, "Je te ferais" tu parles à quelqu'un, enfin je sais pas comment dire mais je trouve ça bof. Mais sinon c'est top, bravo ;p.

_________________
De quelque coté que tu te tournes la mort est aux aguets.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.slayersonline.info/communaute/profil.php?&id=3207
Regnus
Bad'batracien
avatar

Masculin
Messages : 731
Age : 25

Feuille de personnage
Prénom : Burhok.
Âge : 5 ans.
Race : homme grenouille mangeur d'hommes.

MessageSujet: Re: Poèmes du Coryphée   Sam 21 Juin 2008 - 21:43

J'ai lu les trois premiers et ils sont pas mal.

Je trouve que tu écris bien,bonne continuation. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Poèmes du Coryphée   

Revenir en haut Aller en bas
 
Poèmes du Coryphée
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les poèmes d'un Tigre Solitaire
» Poèmes pour mes chevaux
» Deux poèmes très simple
» [POÉSIE] Les pseudos-poèmes joyeux et pleins de vie de Yuuki \o/
» Poèmes Noirs

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chinuru - 血塗る :: Discussions :: Coin des artistes (Vos créations artistiques) :: Textes-
Sauter vers: